Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Les chiffres insolites du Plan de Déplacements Urbains de Nantes Métropole

L’Auran accompagne actuellement la métropole nantaise dans la réalisation de son nouveau PDU (Plan de Déplacements Urbains), document de planification des transports et des déplacements. Dans ce cadre, l’agence a notamment réalisé un diagnostic de la mobilité sur le territoire sous la forme de 22 tendances réinterrogeant la stratégie. Les données présentées ici sont issues de ce diagnostic.

39 %, c’est la part modale que la voiture conducteur devra atteindre en 2030, pour que le nombre de voitures en circulation n’augmente pas.
En 2002, la part modale de la voiture en tant que conducteur était de 49 %. Cette part n’a cessé de baisser depuis pour atteindre aujourd’hui 43 % des déplacements des habitants de Nantes Métropole. Pour autant cette baisse en poids ne s’est jusqu’alors pas accompagnée d’une baisse en volume.
En effet, le dynamisme démographique du territoire compense nettement cette baisse relative du poids de la voiture. Concrètement, même si la proportion du nombre de personnes qui utilise la voiture en tant que conducteur baisse, le nombre de personnes utilisant la voiture, et donc le nombre de voitures circulant, continue lui à augmenter du fait de la forte croissance de la population.

A l’horizon 2030, il faudrait atteindre une part modale de 39 %, pour que la baisse en poids de la voiture compense la hausse estimée de la population, et permette donc une baisse du nombre de voitures circulant sur le territoire. Le PDU de Nantes Métropole visant une part modale de la voiture de 31 % en 2030, a pour objectif de diminuer le nombre de voiture circulant sur le territoire.
 
- 67 %, ce serait la baisse du nombre de voitures circulant à l’heure de pointe du matin, si les voitures étaient remplies.
Aujourd’hui, 74 % des déplacements motorisés des habitants de Nantes Métropole sont effectués seuls dans sa voiture. Le taux d’occupation a légèrement diminué par rapport à 2002 et est de 1,3 personne par voiture. Ce sont 199 000 déplacements à l’heure de pointe du matin qui sont effectués en voiture, dont 80 % en tant que conducteur.
Le covoiturage a un potentiel théorique très important pour réduire le nombre de voitures circulant sur le territoire. Ainsi, si l’ensemble des voitures circulant à l’heure de pointe du matin étaient occupées par 4 personnes, ce sont près de 80 000 voitures qui circuleraient en moins (soit une baisse de 67 %). Les 314 000 « places disponibles » offertes théoriquement par le covoiturage correspondraient à 1 350 rames de tramway.
 
370 ha, c’est l’espace nécessaire pour stocker l’ensemble des automobiles des résidents du territoire métropolitain … soit la superficie de l’île de Nantes.
En 2015, les ménages de la métropole nantaise disposent de près de 350 000 voitures, soit 50 000 voitures de plus qu’en 2002. La légère baisse observée du taux d’équipement à l’échelle de la métropole qui est passé de 1,25 voitures / ménage en 2002 à 1,21 en 2015, n’a pas suffi à compenser la forte augmentation de la population du territoire.
Les 350 000 voitures possédées par les habitants de Nantes Métropole nécessitent au global aujourd’hui 370 ha pour leur stationnement. Cette surface de 370 ha correspond environ à la taille de l’île de Nantes (340 ha) ou encore à celle de la commune de La Montagne (360 ha).
L’espace en milieu urbain n’étant pas expansif, cette augmentation de la consommation de l’espace par le stationnement a nécessairement pour conséquence une diminution de l’espace consacré à la requalification des lieux de vie ainsi qu’au partage de la voirie.
 
55 %, c’est la part des déplacements réalisés par les habitants de Nantes Métropole qui font moins de 3 km.
Les plus de 610 000 habitants de la métropole nantaise réalisent quotidiennement (du lundi au vendredi) 2 351 000 déplacements.
Plus de la moitié de ces déplacements quotidiens (55 %) ont une distance inférieure à 3 km. Près du tiers de ces déplacements (27 %) font moins de 1 km. La proximité est structurante dans la mobilité des habitants du territoire et ce quel que soit la commune de résidence (61 % des déplacements sont réalisés par les habitants dans leur commune de résidence).
Pour autant, la voiture est encore aujourd’hui très utilisée même pour ces déplacements de courte distance (pour rappel, 3 km c’est environ 15 minutes à vélo). Ainsi, 40 % des déplacements de moins de 3 km sont réalisés aujourd’hui en voiture en tant que conducteur. Augmenter l’usage de la marche et du vélo, notamment sur ces distances de déplacements, est un enjeu majeur du PDU.
  • 39 %

    C’est la part modale que la voiture conducteur devra atteindre en 2030, pour que le nombre de voitures en circulation n’augmente pas.
     

  • - 67 %

    Ce serait la baisse du nombre de voitures circulant à l’heure de pointe du matin, si l’occupation des voitures particulières était de 4 personnes par véhicule.

  • 370 ha

    C’est l’espace nécessaire pour stocker l’ensemble des automobiles des résidents du territoire métropolitain … soit la superficie de l’île de Nantes

  • 55 %

    C’est la part des déplacements réalisés par les habitants de Nantes Métropole qui font moins de 3 km.

Partagez